Le jeu de rôle, cette passion dévorante

Le jeu de rôle, cette passion dévorante

Sommaire

Est-ce que ça vous fait ça aussi avec le jeu de rôle ? On est d’accord, c’est le principe d’une passion, mais j’ai l’impression, à lire des présentations de maîtres de jeux, de joueurs et d’auteurs, que le jeu de rôle est un univers à part.

Voici comment j’ai découvert le jeu de rôle

Lorsque j’avais 10 ou 12 ans, mon meilleur ami m’a proposé une partie de jeu de rôle. Il avait piqué à son frère plus ainé une boite d’initiation de l’OEil Noir. Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler de ce type de jeu de société. C’était à la fin des années 80. En réalité, c’était assez récent et plutôt réservé à un certain type de public à l’époque.

J’ai tout de suite été marqué par le dé à 20 faces. Je n’avais jamais rien vu de tel, et pourtant, j’ai appris bien des années plus tard que les icosaèdres (solide à 3 dimensions de la famille de polyèdres composé de 20 faces en forme de triangles équilatéraux isométriques) étaient déjà utilisés durant l’antiquité.

Au-delà de l’aspect matériel (quelques dés, un crayon et une feuille suffisent), j’ai été frappé par la liberté qu’offre ce système de jeu. Enfin, je pouvais (presque réellement) vivre des aventures dans un monde fantastique peuplé d’êtres étranges et doté de magie.

Je crois avoir démarré avec le scénario d’initiation fait pour un seul joueur, il me semble. Mais très rapidement, nous avons enchainé avec la rédaction de nos propres scénarios. Et ce fut la seconde surprise. Un jeu de société qui offre des règles, mais qui permet ensuite de continuer à jouer à l’infinie des parties totalement différentes, en utilisant simplement notre imagination. C’est le joueur qui développe le jeu. C’était inédit.

C’était comme des jeux d’enfants, quand on s’invente des vies, mais pour les grands et selon des règles qui rendent les histoires plus réalistes. Une sorte de rêve éveillé si l’on peut dire.

Jeu de rôle

Qui sont ces passionnés de jeu de rôle ?

Les humains sont tous différents, mais globalement, nous avons de très nombreux points communs. Il n’existe finalement pas tant de profils. Et même si l’on peut me reprocher de vouloir catégoriser, il faut bien reconnaître que de nombreux passionnés de jeu de rôles se ressemblent sur bien des points.

Je suis né en 1978. A cette époque, pas encore de micro-informatique personnelle. Mais vers 10 ans, je découvre le fameux TO7 à cassettes, un ordinateur sur lequel j’apprends les bases de la programmation BASIC. Il y a aussi un jeu ou deux. Un peu plus tard, l’un de mes amis achète un Amiga CPC 6128 sur lequel nous jouons en couleurs grâce aux premières disquettes 3,5 pouces. Je suis définitivement passionné par l’informatique et ses formidables possibilités.

C’est dans le même temps que je découvre les jeux de rôles, ainsi que Bilbo le Hobbit qu’une institutrice nous demande de lire. Je découvre également les super héros avec un album Titan de Lug Edition (qui deviendra plus tard Marvel) ainsi que Star Wars (et un peu plus tard Star Trek). Voici comment s’est formé mon univers qui n’a jamais cessé d’évoluer dans ce sens.

Les personnes avec qui je joue ou avec lesquels j’ai pu échanger sont très souvent dans une configuration identique, même si elles sont parfois plus jeunes. Les centres d’intérêts sont un peu les mêmes.

En complément, j’ajoute que certains de mes autres centres d’intérêt complètent assez bien le tableau. J’aime beaucoup l’histoire, surtout l’antiquité et le moyen-âge, les religions polythéistes grecque, égyptienne et romaine qui apportent leur lot de mythes, de magie et de créatures fantastiques. J’aime lire et écrire, ce qui m’autorise à créer des scénarios depuis longtemps. J’aime aussi beaucoup dessiner et mes illustrations sont principalement destinées à mes parties de jeux de rôles. Tout cela est assez cohérent, de mon point de vue du moins.

L’évolution du Geek à travers les âges

Dans les années 60, un geek, c’était un pauvre type qui avait une façon de penser un peu étrange. Le mot était péjoratif ce n’est rien de le dire. Plus tard, un geek, c’était un type qui faisait de l’informatique et du jeu de rôle. Ils étaient un peu mieux considérés, mais relativement marginaux quand même.

Aujourd’hui, être geek, c’est à la mode. Mais le sens est un peu détourné. Il n’y a plus besoin de penser de manière originale et d’avoir des passions étranges. Le fantastique et la science-fiction qui étaient réservés aux jeunes enfants ou aux « originaux » font désormais partie de la culture populaire.

En somme, il y a 50 ans, on était marginal quand on était geek, aujourd’hui, c’est presque l’inverse. D’ailleurs, les plus grands geeks sont devenus les maîtres du monde. Je pense notamment à Steve Job, Bill Gates, Elon Musk.

Recevez dès maintenant les plans 3D du « relais du pont »

En vous inscrivant gratuitement, je vous offre un extrait jouable du « Relais du Pont » comprenant les plans 3D de la grande salle, des chambres et dortoir et de l’écurie. Chaque trimestre, de nouvelles ressources jouables vous seront offertes.

De plus en plus de joueurs et de joueuses

A l’origine, nous l’avons vu, le jeu de rôle était une activité réservée à un public restreint. Aujourd’hui la tendance est totalement inversée. De plus en plus de gens souhaitent jouer. Les jeux de rôles ont été démocratisés par le cinéma et les jeux vidéos. En plus du noyau dur formé par les plus anciens joueurs (principalement des hommes), ceux qui ont connu l’avènement de ce loisir, s’ajoutent les joueurs et joueuses plus récents, certains tout aussi passionnés et d’autres plus occasionnels. Et j’ai comme l’impression que bon nombre des premiers sont devenus des auteurs.

Quelle est VOTRE configuration ?

Fort de ce raisonnement qui ne vaut que parce que c’est le mien, je suis curieux de savoir à quel point j’ai raison (ou je me trompe). Comment avez-vous connu les JdR ? Quel est votre niveau d’implication ? Quelles sont vos passions connexes ? Témoignez en commentaires si le cœur vous en dit pour participer à cette petite enquête. Lancez-vous, il faut bien un premier témoignage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :