Book Ben

Dessin, webdesign, jeux de rôles…

Création d’un jeu de société pour enfants

Il y a quelques mois, il m’a pris de vouloir créer un petit jeu de société pour ma fille. Depuis l’adolescence, je pratique le jeu de rôle, ce n’est une surprise pour personne si vous suivez ce blog. Ce que j’aime par-dessus tout, plus que jouer, c’est créer. C’est aussi pour ça que je dessine et que j’ai fait de la création de sites Internet mon métier.

Un jeu de société pour enfants

J’ignore comment l’idée m’est venue. Tout comme j’ignore comment mes autres idées me viennent. Il suffit parfois de penser à quelque chose, qui mène à autre chose et ainsi de suite. Je modifie l’idée de base, je l’adapte, la précise et parfois ça fonctionne.

Il s’agit d’un jeu très simple. Le but étant de construire un chemin avec des tuiles. C’est un jeu multijoueurs pour les enfants à partir de 5 ans, mais je constate que ça amuse aussi les ados et même les adultes quand ils jouent avec des enfants. Je doute en revanche que ça puisse amuser longtemps les parents entre eux étant donné la simplicité du concept, mais sait-on jamais.

Je n’en dis pas trop, parce que je n’en suis qu’à la phase de création du jeu. J’ai fait un prototype que j’ai fait tester à quelques joueurs de différents âges et tous les retours sont positifs. C’est encourageant. A tel point que je suis en train de me renseigner pour autoéditer ce jeu. Lorsque j’aurai avancé dans la démarche, je présenterai le jeu ici.

Autoéditer un jeu de société

Alors je sais ce que pensent certains de l’auto-édition. Editeur, c’est un métier. Il faut connaître l’aspect juridique, avoir les contacts, être commercial, etc. Certes. Je ne remets pas en cause le professionnalisme et l’efficacité des éditeurs. Simplement, je pense faire un autre choix pour plusieurs raisons.

D’abord, j’aime bien tout faire moi-même. Ca prend plus de temps, mais on apprend tellement de choses. Et on s’amuse aussi tellement. Sur ce jeu je prendrai en charge les illustrations (ce qui va m’obliger à plus pratiquer et donc progresser) et même une partie de la fabrication. Oui, ce sera un jeu artisanal. Et il ne se vendra pas à des millions d’exemplaires. Le succès, s’il existe, sera certainement confidentiel. Mais qu’importe ? On ne gagne pas sa vie en créant des jeux de société. Presque personne n’y parvient et ce n’est pas mon objectif. Cela dit, la marge que je peux générer pour la vente de chaque jeu sera certainement beaucoup plus élevée que celle que je peux espérer d’un éditeur. Alors l’un dans l’autre…

Coté commercial, je suis développeur web, j’ai donc les compétences pour réaliser un site Internet et pour le promouvoir. Je suis indépendant, donc j’ai la structure légale adaptée. En somme, il me “suffit” de promouvoir le jeu pour le vendre. Et je suis bien conscient que c’est la partie la plus difficile (pour moi).

Les prochaines étapes de création du jeu

Illustrations

L’illustration ci-dessus est celle du couvercle de la boite. J’ai réalisé ça rapidement pour avoir autre chose qu’une boite nue. Il me faut donc réaliser tout le visuel de la boite, ainsi que refaire les visuels des tuiles, eux aussi faits rapidement pour pouvoir jouer avec un peu mieux que des traits au feutre.

Impression et façonnage

Je me renseigne sur les possibilités d’impression et de façonnage pour la boite et pour les tuiles. Le coût d’impression “maison” est trop élevé avec une imprimante jet d’encre (pour avoir une qualité photo) et la qualité de l’imprimante laser couleur n’est pas top (mais c’est moins cher). Je travaille avec un imprimeur pour les documents de mes clients (type cartes de visite et flyers en générale) et les coûts sont intéressants quand on commande plus de 1000 exemplaires. Ce qui fait trop pour démarrer.

Il n’est donc pas impossible que j’opte pour une impression professionnelle en petite quantité (50), donc plus chère à l’unité et moins chère au total. Mais j’aurais ainsi la liberté de revoir plus facilement certains éléments du jeu jusqu’à obtenir sa version définitive. Coté façonnage, pour des petites quantités c’est trop cher aussi. Rien que pour la boite (pourtant semi-rigide et pas très grande), on peut dépasser sans problème les 10 € par unité. Aucun intérêt étant donné que le jeu ne pourrait pas se vendre plus de 10 € ou 12 € environ. Je vais donc probablement utiliser ma Caméo (petite machine de découpe de précision), pour couper les boites et les tuiles à la demande pour commencer.

Il me faudra aussi assembler et coller les boites manuellement, ce qui demandera un peu de main d’oeuvre, mais pas de réelle difficulté. Le découpage et l’assemblage du petit livret de règle du jeu se feront aussi de la même manière. Et il n’en faut pas plus.

Protection légale

Pour la protection légale du jeu, je me pose encore des questions. Personnellement, je n’ai eu recours à un dépôt légal qu’une seule fois. C’était un dépôt de marque pour un site Internet, ce qui n’a pas eu un grand intérêt. C’était il y a 10 ans. La marque a dû expirer il y a peu et je n’ai pas pris la peine de la renouveler. Sachant que devant un juge, la propriété d’un nom de domaine antérieur au dépôt d’une marque à l’INPI suffit à se protéger, pourquoi investir 200 € tous les 10 ans, là ou 7 € / an suffissent. Je ne nie pas la nécessite du dépôt de marque pour d’autres usages bien entendu.

A mon sens et l’idée ne vient pas de moi, mais d’un article que j’ai lu récemment, le simple fait de montrer votre jeu un peu partout, de le promouvoir et de le diffuser ne peut que dissuader les gens de le copier. Quel intérêt quelqu’un aurait-il à faire le même jeu, après vous ? Enfin, nous pouvons toujours en débattre pendant des heures. Je n’ai pas envie de m’embêter avec ce genre de considération pour un projet ludique de faible envergure.

Tests

Bien entendu avant de produire le jeu en petites séries, il faut le tester et le retester dans plein de conditions différentes avec un maximum de joueurs différents. Cette phase est en cours avec mon prototype. La seule chose que je ne sais pas encore, c’est quand s’arrêter de tester. Je suppose que quand plus personne (ou presque) n’a rien à redire sur le jeu et que vous avez déjà tenu compte des remarques qui revenaient régulièrement, vous êtes bon.

Je l’ai fait testé aux enfants d’amis et au centre de loisirs de mon village. Je m’attaquerai à la ludothèque puis agrandirai le cercle de testeurs peu à peu, quitte à réaliser plusieurs prototypes si nécessaire. J’aimerais éventuellement participer à des salons, mais être exposant avec un seul jeu minuscule, je ne suis pas sûr que ce soit vraiment intéressant. Peut-être, assister à des conventions, des concours, des foires, etc. Ces évènements sont aussi valables pour promouvoir le jeu une fois sa commercialisation démarrée.

Promotion

Quand viendra l’heure de la promotion du jeu, quand il aura été testé, éprouvé et approuvé (par moi et tous les joueurs) et qu’il sera prêt pour la fabrication, il me faudra le promouvoir. La première chose que je ferai, bien évidemment, c’est de créer un site Internet. Je ne sais pas encore si je ferais un site dédié au jeu ou se j’inventerai une petite maison d’édition pour le fun, parce que j’ai d’autres jeux en réserve que j’aimerai bien développer. Quoi qu’il en soit, il y aura un site web avec possibilité de commander le jeu.

Je veux essayer de privilégier la vente directe en ayant le moins possible d’intermédiaires. Pour une raison pratique autant que pour une raison financière. Etant donné la faible marge dégagée à cause des coûts d’une production en petite série (voir plus haut), je ne suis pas certain que beaucoup de boutiques accepteraient de le distribuer. Et je ne vois aucun intérêt à ne gagner qu’un euro par jeu vendu (sauf à pouvoir en distribuer beaucoup). Mieux vaut en vendre moins et faire plus de marge.

J’envisage par contre des partenariats sous forme d’affiliation avec des sites Internet, blogs et autres chaines YouTube susceptibles de détenir une audience à laquelle ils pourraient présenter le jeu. Le principe de l’affiliation est simple. Vous avez un blog qui parle de jeux. Vous avez des lecteurs et des gens dans votre mailing-list. Vous leur présentez le jeu, vous mettez un lien pour commander sur mon site. Pour chaque commande j’enregistre la provenance du client (parce que vous avez un lien contenant un identifiant unique) et je vous reverse une commission proportionnelle au nombre de ventes que vous avez contribué à générer.

D’ailleurs, le jeu n’est pas encore en fabrication, mais si vous avez une audience en rapport avec les jeux et que vous envisagez de devenir partenaire, vous pouvez me contacter ou laisser un commentaire. Je vous enverrai un prototype pour tester le jeu.

Et pourquoi pas le financement participatif ?

Je n’ai pas vraiment creusé la question. En l’occurrence, il ne s’agit pas d’un projet dans lequel je veux investir trop de temps. Ce jeu n’a pas vocation (pour le moment) à être distribué à des milliers d’exemplaires. Je n’ai donc pas besoin de moyens financiers importants pour le lancer. Pour 200 € et un peu d’huile de coude, je peux démarrer. Je ne dis pas que le financement participatif est une mauvaise idée, pas plus que contacter un éditeur d’ailleurs. L’une ou l’autre de ses solutions s’imposera peut-être dans le temps, en fonction des retours que j’obtiendrai.

A votre avis ?

Si vous avez des remarques à faire, des questions à poser ou tout simplement des conseils à m’apporter, je vous serai reconnaissant de le faire en commentaire. Ca pourra forcément m’aider ou me faire réfléchir ou envisager des solutions auxquelles je n’ai pas pensé. Merci par avance.

 

 

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2018 Book Ben

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :